Comment prévenir l’hypermétropie ?

Santé Comment prévenir l'hypermétropie ?

Il est difficile de parler de prévention de l’hypermétropie étant donné que c’est un mal qui est dans la majorité des cas d’origine génétique. Il reste toutefois possible de jouer sur d’autres facteurs comme l’alimentation ou la prise en charge précoce pour minimiser ses effets. Afin de mieux cerner l’hypermétropie, il est essentiel d’en avoir une bonne connaissance.

L’hypermétropie : c’est quoi ?

Pour qu’une image soit perçue avec netteté, il faut que les rayons lumineux qui parviennent à l’œil convergent sur la rétine. Chez l’œil hypermétrope, ces rayons se forment à l’arrière de la rétine, ce qui provoque parfois chez le sujet, une vision floue des objets qui se situent de près. Quand on parle de prévention de l’hypermétropie, il est nécessaire de préciser que le mal en soit n’est pas une maladie, mais bien un trouble visuel lié à une ou des anomalies de l’organe de la vue. Généralement, l’hypermétrope perçoit mieux les objets qui sont plus éloignés de lui. Il a plus de mal à faire une mise au point des objets dans son champ de vision. Avec les efforts d’accommodation qu’il doit consentir, l’œil a tendance à se fatiguer. Dans une telle situation, à défaut d’une prévention de l’hypermétropie, on insistera sur les moyens de soulager cette fatigue.

Dans certains cas de figure, l’hypermétropie est due à ce que l’on appelle un œil court. Dans les faits, cela veut dire que la cornée et la rétine sont trop proches l’une de l’autre. Le mécanisme de la vision peut aussi être perturbé si la courbure de la cornée n’est pas optimale ou si elle est trop plate.

Qui peut être touché par l’hypermétropie ?

L’hypermétropie concerne une assez grande part de la population. Le taux de prévalence se situe entre 10 % et 25 % sur l’ensemble de la population. Dans les faits, on ne saurait parler de prévention de l’hypermétropie, mais on s’intéressera davantage à ce qui peut en être la cause. L’hérédité est sans aucun doute le facteur le plus déterminant. Ainsi, un enfant né de parents hypermétropes a plus de chance de développer ce trouble. L’hypermétropie peut être silencieuse, ce qui signifie que sa présence n’affecte pas la qualité de la vision. Elle peut aussi se corriger toute seule, notamment chez les tous petits.

Comment se manifeste-t-elle ?

L’hypermétropie se manifeste généralement par :

  • Vision de près floue
  • Difficulté à lire
  • Maux de tête
  • Stress et fatigue oculaire
  • Brûlure oculaire

Comment diagnostiquer ?

En amont d’une éventuelle prévention de l’hypermétropie, il faut un diagnostic que seul un professionnel est capable d’effectuer. Si la détection de la myopie est faite par les ophtalmologues et les opticiens-optométristes grâce au tableau de Snellen, ils se servent d’un autoréfractomètre pour poser le diagnostic de l’hypermétropie.

Les traitements et préventions hypermétropie

L’hypermétropie peut être corrigée par des traitements appropriés. Il est donc plus judicieux de parler d’une prise en charge que d’une prévention de l’hypermétropie, d’autant plus que c’est une anomalie le plus souvent héréditaire.

Les lunettes de correction et les verres de contact

Les lunettes constituent un moyen basique et pourtant très efficace pour soigner les troubles de la vue.

En règle générale, le port de lunettes avec des verres « convergents » ou « positifs » n’est pas obligatoire pour une faible hypermétropie. En revanche, elle est obligatoire à un degré plus élevé (hypermétropie modérée) entre +0,25 et +2 dioptries. À un stade très élevé, à partir de +2 dioptries, et selon l’âge, le patient sera tenu de porter les lunettes en permanence. Commencer le traitement le plus tôt possible permet d’éviter des complications et favorise la prévention d’une hypermétropie forte. Les lentilles de contact font aussi partie des outils à même de corriger ce trouble visuel. Elles doivent être utilisées dans le respect des prescriptions de l’opticien. Nettoyez régulièrement les lentilles et retirez-les juste avant de dormir.

Les lunettes de correction et les verres de contact

La chirurgie oculaire

La chirurgie oculaire est la dernière option pour le traitement de l’hypermétropie. Il peut s’agir d’une chirurgie réfractive par laser ou d’une chirurgie intra-oculaire. Cependant, il faut savoir que la chirurgie au laser ne peut s’effectuer que sur des yeux sans infection et uniquement chez les adultes.

Vous aurez le choix entre plusieurs types de chirurgie pour la correction de la vue :

  • la photokératectomie réfractive (PKR),
  • le kératomileusie in situ au laser (LASIK),
  • la kératomileusie épithéliale au laser (LASEK) (une version de la PRK et de la LASIK),
  • la technique Epi-LASIK (autre version de la LASIK).

Ces différentes chirurgies connaissent des améliorations incessantes afin de gagner en efficacité.

Au lieu d’aller dans le sens d’une prévention de l’hypermétropie, on s’attardera plutôt sur un mode de vie plus sain et une alimentation équilibrée dans l’optique d’une amélioration de la santé oculaire. Dès que votre vision présente des signes suspects (irritation des yeux, céphalées fréquentes dues à des efforts de lecture), n’hésitez pas à consulter un ophtalmologue. Il est aussi recommandé de se soumettre à des examens oculaires tous les 3 ans, ou au moins une fois chaque année, passé la soixantaine. Déjà à 6 mois, les enfants peuvent faire contrôler leur vue afin d’identifier toute anomalie.