Santé Arrêt du tabac : la méthode qui fonctionne

Arrêt du tabac : la méthode qui fonctionne

1
fonctionne methode tabac

Tous les fumeurs le savent très bien : fumer est addictif et il est souvent difficile d’arrêter définitivement par la simple force de la volonté. Fort heureusement, il existe aujourd’hui de nombreux moyens pour se sevrer du tabac. Médecines douces, substituts nicotiniques, traitements médicamenteux, découvrez dans cet article les moyens les plus efficaces pour arrêter de fumer. Mais au préalable, voyons pourquoi il est si difficile de le faire.

Pourquoi est-ce si difficile pour certaines personnes d’arrêter de fumer ?

Le tabac possède un potentiel très addictif. Fumer crée non seulement une dépendance physique, mais aussi une dépendance psychologique ainsi qu’une dépendance comportementale.

La dépendance physique est essentiellement due à la présence de nicotine dans la cigarette. Il s’agit d’une substance qui agit sur le cerveau en créant une sensation de satisfaction lorsque vous fumez et une sensation de manque lorsque vous ne fumez pas. Divers symptômes peuvent alors apparaître si vous ne fumez pas : envie irrépressible de fumer, nervosité, agitation, mal de tête, difficultés à s’endormir ou à se concentrer…

arret du tabac la methode qui fonctionne

La dépendance psychologique quant à elle s’explique en fonction du profil de chaque fumeur. La cigarette peut avoir différents effets chez les fumeurs. Si chez certains, elle est surtout utilisée pour se calmer les nerfs, elle peut servir de stimulant chez d’autres lorsqu’ils sont fatigués. Les fumeurs peuvent ainsi se sentir en difficultés lorsqu’elles ne fument pas dans ces situations.

En ce qui concerne la dépendance comportementale, qui est également connue sous le nom de dépendance environnementale est liée au fait que certaines personnes ont tendance à fumer lorsqu’elles sont dans certains lieux, dans certaines circonstances ou lorsqu’elles sont avec certaines personnes. À la longue, les fumeurs associent ces lieux, circonstances et personnes au fait de fumer.

Quelles sont les méthodes les plus efficaces pour arrêter de fumer ?

Les méthodes douces

Il existe aujourd’hui plusieurs pratiques dites douces ou naturelles pour arrêter de fumer. C’est le cas notamment de :

  • L’hypnose : vous pouvez en effet demander de l’aide à un hypnotiseur pour arrêter de fumer. Ce professionnel peut vous aider à vous sevrer en vous plongeant dans un état de conscience modifié afin de traiter votre dépendance au tabac. Au fur et à mesure des séances, votre perception de la cigarette changera et vous pourrez progressivement vous détacher du tabac aussi bien physiquement que psychologiquement.
  • L’acupuncture : issue de la médecine chinoise, cette méthode alternative se base sur l’utilisation de fines aiguilles à planter dans certains points stratégiques du corps. Le but étant de rééquilibrer les énergies qui peuvent être perturbées par le sevrage.
  • L’homéopathie : reposant sur le principe de la similitude, cette pratique qui veut traiter le mal par le mal agit sur l’envie de tabac ressenti lorsque vous êtes en état de manque. Elle aide à réduire les symptômes du sevrage comme l’anxiété ou encore les fringales.

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC)

Les TCC sont des thérapies psychologiques qui aident un individu donné, un fumeur entre autres, à changer de comportement ou de système de pensées. Elles travaillent sur :

  • L’aspect cognitif c’est-à-dire tout ce qui se passe dans le cerveau du fumeur, notamment sur la lutte entre sa volonté et les effets pharmacologiques du tabac.
  • L’aspect comportemental, autrement dit les comportements et habitudes du fumeur au quotidien.

Les comportements étant dictés par le cerveau, il est assez logique d’aborder l’aspect cognitif et l’aspect comportemental en même temps.

Pouvant être suivies en groupe ou individuellement, les TCC consistent en l’apprentissage de diverses stratégies pour résister à l’envie de fumer. Ces stratégies en question sont surtout des stratégies d’évitement et de remplacement. La connaissance et la maîtrise de ces stratégies augmentent votre confiance en vous et en vos capacités de réussir à arrêter de fumer.

Les substituts nicotiniques

De nombreux substituts nicotiniques sont aujourd’hui disponibles dans le commerce pour compenser le manque ressenti lors du sevrage tabagique. Ils apportent la dose nécessaire de nicotine au fumeur sans les substances toxiques contenues dans la cigarette (goudrons et gaz irritants dont le monoxyde de carbone). Patchs, gomme à mâcher, comprimés sublinguaux, comprimés à sucer, inhalateur, cigarette électronique : il existe actuellement plusieurs sortes de substituts nicotiniques, mais la cigarette électronique est certainement le plus efficace pour arrêter définitivement de fumer.

alternative tabac cigarette electronique

Également appelée e-cigarette, la cigarette électronique est un appareil qui permet de reproduire les effets de la cigarette classique. Elle se différencie cependant par le fait qu’elle produit de la vapeur aromatisée et non de la fumée. Et pour cause, elle ne donne lieu à aucune combustion. Pour fonctionner, il faut la remplir d’un e-liquide qui peut contenir ou non de la nicotine. Selon vos habitudes de fumeur, vous pouvez choisir la dose de nicotine contenue dans votre e-liquide et la diminuer progressivement au fil du temps pour, à terme, ne plus en être dépendant.

Les traitements médicamenteux

Si les symptômes du manque sont vraiment insoutenables dans le cadre d’un sevrage tabagique, vous pouvez recourir à certains traitements médicamenteux. Toutefois, avant d’entamer tout traitement, il est fortement recommandé de vous rapprocher de votre médecin pour effectuer une consultation en tabacologie. Cette démarche permettra d’établir avec précision votre profil tabagique ainsi que votre niveau de dépendance au tabac. En fonction des résultats, votre médecin traitant pourra choisir le remède le plus adapté et le plus efficace pour vous sevrer.

Parmi les médicaments les plus couramment prescrits, il y a notamment :

  • Le bupropion : il contribue à diminuer ou à éliminer toute envie de fumer. Pour ce faire, il agit directement sur le système nerveux central en inhibant la production de dopamine déclenchée par la nicotine. Le fumeur ressent ainsi moins de plaisir à fumer et ressent moins les symptômes du manque.
  • La varénicline : elle agit comme la nicotine et apaise les symptômes du manque. Elle peut donc se substituer à la nicotine. Elle aide à diminuer la sensibilité du système nerveux à cette substance psychotrope. Comme le bupropion, elle se destine aux fumeurs très dépendants et est contre-indiquée pour le sevrage tabagique des femmes enceintes et allaitantes.
Rédactrice Santé pour le magazine Wk-pharma.fr / Diplômée d'une école de médecine / Journaliste pour plusieurs grands medias.

1 commentaire

  1. C’est assez rare de voir des magazines de santé français défendre la cigarette électronique, très encourageant ! Un autre substitut fonctionne très bien mais n’est malheureusement pas utilisé en France c’est le SNUS. Il est utilisé dans des pays où le taux de tabagisme est au plus bas comme la Norvège et la Suède par exemple et il est pourtant recommandé par certains tabacologues français comme J.Lehouzec http://jlhamzer.over-blog.com/tag/snus/ Le goût n’est pas terrible, mais une cigarette non plus… le petit sachet de tabac se place entre la joue et la gencive et délivre la nicotine sans combustion. « elle produit de la vapeur aromatisée et non de la fumée » et bien pas toujours. Certaines marques ont réussi à produire des liquides à la saveur neutre https://www.kumulusvape.fr/content/272-vegetol-marque-sans-propylene-glycol c’est le cas de la marque Végétol et de ses liquides « Cloud » et « Pure »

Comments are closed.