Coronavirus : Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Santé Définition Coronavirus : Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Le coronavirus est une famille de virus qui, la plupart du temps, ne provoque guère plus qu’un rhume. Il est extrêmement contagieux et lorsqu’il est pathogène, il devient redoutable et provoque des épidémies mondiales.

Qui est-il exactement et comment s’en prémunir ?

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Le coronavirus doit son nom à sa forme « en couronne ». Les virus issus de la famille des Coronaviridae (coronavirus) ont la particularité de pouvoir infecter aussi bien l’homme que l’animal et de muter selon leur support. Ils sont responsables de maladies émergentes (que l’on ne connaît pas) dues à sa capacité de mutation. Les coronavirus sont présents dans de très nombreuses espèces animales et circulent assez facilement d’une espèce à l’autre ce qui peut entraîner la mort. Les coronavirus peuvent également infecter les hommes.

Un virus est un agent infectieux nécessitant un hôte, souvent une cellule. Contrairement à une bactérie, le virus ne peut évoluer de façon autonome, on peut donc considérer qu’un virus est un parasite.

Chez l’homme, le virus attaque les fonctions respiratoires, allant d’un simple rhume à une pneumopathie aiguë, parfois létale.

Le coronavirus a la particularité de se transmettre facilement entre espèces, les grandes épidémies sont, à chaque fois, parties d’un animal asymptomatique. Avant d’arriver à l’homme, l’animal « réservoir » transmet le virus à une autre espèce.

Il existe 5000 types de virus dans la famille des coronavirus, dont sept peuvent contaminer l’homme. Quatre d’entre eux sont sans gravité et n’occasionnent souvent qu’un rhume : 229E, NL63, OC43 et HKU1.

Les trois autres sont responsables des grandes pandémies du 21e siècle :

  • Le SARS-CoV 1 à l’origine du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) entre 2002 et 2004. Il contaminera 7 761 personnes et provoquera le décès de 623 d’entre elles, dont 5 209 cas et 282 décès en Chine, il touchera 28 pays. L’espèce réservoir sera la chauve-souris, qui le transmettra à la civette palmiste masquée, un animal sauvage consommé en Chine. Son taux de mortalité est de 15 %.
  • Le MERS-CoV à l’origine du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) à partir de 2012. Il a été responsable du décès de 567 personnes dans 26 pays, notamment en Arabie Saoudite et est toujours actif, bien que les cas soient rares. Son taux de mortalité est de 30 %. L’espèce réservoir est là aussi la chauve-souris, qui le transmettra au dromadaire.
  • Le SARS-CoV 2 à l’origine du Covid-19 à partir de 2019. Au 13 mai 2020, il était responsable de la contamination de 4 223 047 personnes dans le monde dont 291 519 décès, dans 187 pays et territoires, l’épidémie étant toujours en cours. À l’heure actuelle, son origine n’est pas encore certifiée, il a de fortes probabilités d’avoir été transmis de la chauve-souris au pangolin, puis à l’homme. Son taux de mortalité est de 2 %.

Le SRAS-CoV 1 et le SRAS-CoV 2 ont un code génétique en commun à hauteur de 79 %, ce qui explique leur dénomination similaire.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes du SRAS-CoV 1, du MERS-CoV et du SRAS-CoV 2 sont quasiment identiques :

  • fièvre ;
  • toux ;
  • difficulté respiratoire ;
  • parfois troubles gastriques.

Les symptômes restent souvent bénins, mais peuvent entraîner de graves complications respiratoires, notamment chez les personnes âgées et/ou souffrantes de problèmes cardiaques ou de diabètes.

Leurs différences résident essentiellement dans leur mode de contamination et dans leur pouvoir létal :

Le SRAS-CoV 1 est un virus agressif et mortel (15 % de mortalité).

Le MERS-CoV a un risque infectieux très faible (0,6 %) par contre son taux de mortalité est élevé (30 %).

Le SRAS-CoV 2 se propage très vite et ses symptômes apparaissant plus tardivement, il contamine un nombre important de personnes. Par contre son taux de létalité est faible (2 %).

Comment se propage le coronavirus ?

Les échanges internationaux et les grands pôles urbains sont les vecteurs de la propagation du virus dans le monde, passant d’une épidémie à une pandémie.

Les coronavirus se transmettent pour certains, d’animal à l’homme, et d’homme à homme.

Il se propage par voies aériennes (toux, éternuements) et lors de contacts rapprochés.

Ils peuvent survivre jusqu’à 3 heures sur des surfaces inertes et jusqu’à 6 jours en milieu humide.

En ce qui concerne le Covid-19, certains scientifiques pensent qu’ils peuvent également rester en suspension dans l’air, mais sans que cela soit confirmé par l’ensemble de la profession. Lorsque l’on parle des microgouttelettes de salives invisibles sont alors projetées. Les scientifiques estiment qu’une parole forte peut expulser plus de 1 000 gouttelettes contaminées par minute. Celles-ci sont alors capables de rester en suspension pendant 8 à 12 minutes dans un espace clos.

Comment traiter le coronavirus ?

Il n’existe aucun traitement pour traiter le coronavirus.

Seuls ses symptômes peuvent être traités notamment par des antalgiques pour traiter les douleurs et la fièvre. En cas de saturation des poumons, les patients sont traités par oxygénothérapie.

La seule façon de faire barrage au virus, est d’adopter des mesures d’hygiène et des gestes barrières :

  • ne pas se toucher le visage avec des mains sales ;
  • se laver fréquemment les mains ;
  • désinfecter et aérer son intérieur ;
  • éviter les contacts et les déplacements ;
  • porter un masque lors des sorties.

Pour le Covid-19, différents traitements sont à l’étude, 70 vaccins sont en cours de conception et l’idée d’un traitement à base d’anticorps fait son apparition.