Seniors Senior & assurance vie : comment avantager ses enfants et petits-enfants ?

Senior & assurance vie : comment avantager ses enfants et petits-enfants ?

0
assurance vie pour enfants

Les Français sont de plus en plus nombreux à se tourner vers l’assurance vie pour ses nombreux avantages fiscaux et son intérêt certain quant à la protection financière des bénéficiaires. Mais pour qu’elle tourne à l’avantage de vos enfants et petits-enfants, il est important de s’entourer de quelques précautions lors de la signature du contrat…et au-delà.

Sommaire

Un puissant placement

Léguer son patrimoine est un acte imposable et il peut arriver que vos héritiers ne soient pas en mesure de payer les impôts afférents à cette succession. Cela les conduit parfois à vendre des biens pour faire face aux obligations fiscales. L’assurance-vie peut leur permettre de se constituer une provision à cet effet. Conçue comme un acte de prévoyance et de « bienveillance », celle-ci bénéficie d’un régime fiscal différent de celui appliqué à la succession. Ainsi, vous pouvez transmettre à chacun de vos enfants et petits-enfants jusqu’à 152 500 € sans qu’ils n’aient rien à régler au fisc.

L’assurance vie est également avantageuse lorsqu’on la compare au livret d’épargne. Alors que votre compte d’épargne n’est crédité que de 2,75% d’intérêt, avec l’assurance vie, votre taux d’intérêt oscille autour de 4% pour les fonds en Euro. Vu de cette perspective, elle est donc un puissant placement qui permet aux bénéficiaires de se constituer des actifs qu’ils pourront à terme utiliser pour faire face à des projets de leurs choix. Et de fait, de plus en plus de grands-parents y ont recours comme cadeau de bienvenue à leurs descendants dès leur naissance.

Quand souscrire un contrat d’assurance-vie

Le contrat d’assurance-vie est un investissement sur le long terme. Si vous voulez constituer un actif conséquent que vos enfants et petits-enfants pourront utiliser dès leur majorité, il est important de vous y prendre tôt : dès la naissance de ceux-ci ou, en tout cas, avant leurs 10 ans. En effet, l’assurance vie étant une épargne à long terme, les avantages fiscaux sont plus intéressants pour les contrats ayant passé le cap des 8 ans.

Toujours pour faire bénéficier à vos ayants droits des avantages certains, il est préférable de souscrire bien avant vos 70 ans. A partir de cet âge-là, le régime fiscal devient moins intéressant pour eux. En effet, ils ne bénéficieront que d’un abattement de 30 500 € pour tous les contrats cumulés.

S’assurer que personne ne soit exclu

Vous pouvez décider de négocier un contrat pour chacun de vos enfants et/ou petits-enfants. Dans ce cas, ils pourront jouir des avantages de l’assurance-vie dès leur majorité, en tout cas au plus tard à l’âge de 25 ans. Ainsi, ils pourront utiliser cet argent pour financer leurs études, leur premier logement ou voiture.

La seconde option qui s’offre à vous et qui est tout aussi avantageuse pour les bénéficiaires, c’est de conclure un contrat en votre nom. Dans ce cas, vous gardez le contrôle sur le capital et vous pouvez, à tout moment, changer d’avis et disposer vous-même des sommes investies.

Au-delà, cette formule vous permet d’être sûr qu’après votre décès, les enfants bénéficieront de sommes conséquentes qui seront autant de coups de pouce dans la vie. Mais alors, pour vous assurer qu’aucun de vos enfants ou petits-enfants ne soit exclu, il est important de rédiger une clause bénéficiaire qui ne laisse pas d’équivoques. De préférence, mentionnez le nom des enfants et/ou petits enfants.

La gestion du contrat

Il n’y a aucun doute qu’en tant que sénior, votre souci est que l’assurance vie que vous souscrivez aille effectivement à l’avantage de vos enfants et petits-enfants. C’est pour cela que vous devrez observer quelques précautions pour la bonne gestion des contrats.

La toute première précaution est d’éviter, dès la recherche, un assureur dont les frais de gestion sont élevés. Certaines compagnies proposent des droits d’entrée dérisoires, parfois proches de 0%, mais ils se rattrapent bien souvent sur les frais de gestion.

Votre contrat ne vous prive pas de la jouissance de votre argent à tout moment. Mais l’assurance vie étant un investissement sur le long terme, faire des retraits réguliers hypothéquera la chance de vos enfants et petits-enfants de se constituer d’actifs conséquents.

Demander des avances est plus profitable que le recours aux prêts qui amputent votre capital. Dans le même ordre d’idées, faire des arbitrages pour profiter, par exemple, des cours intéressants à la bourse, impactera négativement le capital et, par conséquent, les avantages que les bénéficiaires obtiendront au terme du contrat.

Des pièges à éviter

Toute aussi importante, la vérification des taux de redistribution pratiqués par l’assureur est indispensable avant toute souscription. A cet effet, il convient de retenir que ces taux légaux sont d’au moins 85% des bénéfices générés.

Les parts minimales des héritiers réservataires sont fixées sans tenir compte de l’assurance vie. Certains personnes peuvent être tentées de souscrire à des assurances vie généreuses de sorte que leurs enfants bénéficient de l’avantage fiscal y afférent.

S’il s’avérait que les primes sont manifestement exagérées, les sommes investies seront soumises aux droits de succession. Toute tentative de fraude dans le domaine des assurances en général entrainent des procédures judiciaires qui n’avantageront pas vos enfants et petits-enfants.

Sources :

Senior & assurance vie : comment avantager ses enfants et petits-enfants ?
5 (100%) 1 vote
Partager

Rédactrice Santé pour le magazine Wk-pharma.fr / Diplômée d’une école de médecine / Journaliste pour plusieurs grands medias.