Comment booster sa testostérone ?

Santé Comment booster sa testostérone ?

Hormone de la virilité par excellence, la testostérone n’est pourtant pas une exclusivité masculine. Présente également chez la femme, cette hormone remplit des fonctions variées dans l’organisme et pas seulement au niveau sexuel. L’hormone a notamment des effets sur les performances physiques et il peut être parfois important de savoir comment booster sa testostérone afin de retrouver forme et vigueur.

Qu’est-ce que la testostérone ?

La testostérone est une hormone stéroïdienne androgène synthétisée à partir du cholestérol. Chez l’homme, elle est produite dans les testicules, par les cellules de Leydig. Chez la femme, elle est sécrétée par les ovaires et pour l’un et l’autre par les glandes surrénales.

Qu’est-ce que la testostérone ?
Source : Shutterstock.com

Quel est son rôle ?

L’hormone joue un rôle prépondérant chez l’homme, lors du développement de l’embryon, elle est à l’origine de la différence sexuelle. La testostérone va ensuite se mettre en dormance, pour se réveiller à la puberté et booster sa production. C’est elle qui influence les caractères sexuels secondaires comme la pilosité, la voix et la taille de l’appareil génital.

La testostérone va réguler de nombreuses fonctions chez l’homme, telles que :

  • la libido et la spermatogenèse ;
  • l’accroissement de la masse musculaire et osseuse ;
  • l’humeur, l’agressivité et la prise de décision ;
  • la peau et les cheveux ;
  • la production des cellules sanguines et la protection contre l’ostéoporose.
  • le taux de glucose et la prévention de l’obésité.

Chez la femme, en dehors des fonctions purement masculines, la testostérone joue un rôle équivalent.

Si la testostérone booste sa production à la puberté, celle-ci décline petit à petit à partir de 30 ans à raison de 1 % par an. L’homme entre alors dans un processus de vieillissement naturel appelé andropause. La masse musculaire diminue, la libido également, les os s’affinent et se fragilisent, les cheveux commencent à tomber et les testicules deviennent plus mous. L’humeur peut aussi être impactée, associée à d’autres troubles, la chute de la testostérone peut amener une phase dépressive. Pour finir, la diminution de la testostérone entraîne une production plus faible de spermatozoïdes.

Alors que l’andropause est un processus naturel et relativement lent, une chute rapide de la production de testostérone peut être provoquée par de nombreux facteurs tels que le stress, la maladie, les habitudes de vie, etc.

Manque d’énergie inexpliquée, perte brutale de poids, modification de l’humeur… Sont des symptômes qui doivent vous alerter. Une simple analyse sanguine permettra de déterminer votre taux de testostérone. Le niveau moyen de testostérone chez l’homme adulte se situe entre 250 et 1100 ng/dL et entre 8 et 60 ng/dL pour la femme adulte.

En dehors d’une chute brutale qui peut vous amener à booster votre testostérone, vous pouvez être amené à vouloir stimuler la production de l’hormone, notamment si vous pratiquez de la musculation. En effet, une augmentation de la testostérone va augmenter votre masse musculaire et osseuse et donc votre force.

Comment la booster ?

Il existe différents moyens pour booster sa testostérone, à commencer par une bonne hygiène de vie. Pratiquer un sport régulièrement, avoir une alimentation équilibrée et un bon sommeil vont vous permettre de maintenir votre taux de testostérones, voire de l’améliorer si vous avez une pratique sportive suffisante.

Le temps et la motivation n’étant pas toujours au rendez-vous, soyez rassuré, vous pourrez aussi booster votre testostérone à l’aide de compléments alimentaires, mais aussi des injections, des gels et des patchs de testostérones. Pour booster sa testostérone efficacement, votre médecin pourra notamment vous prescrire le gel Testogel Androgel. Le gel est uniquement destiné aux hommes et il a l’avantage de pénétrer directement dans les voies sanguines par le biais de la peau.

Nous vous recommandons la plus grande prudence sur la qualité et la provenance de certains compléments alimentaires boosters de testostérones.

Vous pouvez aussi booster votre testostérone naturellement : le gingembre, les huîtres, les grenades, l’huile d’olive extra vierge et les oignons sont ce que l’on appelle des « super-aliments ». Leurs effets sur votre taux de testostérones ne seront pas aussi rapides, mais ils vous permettront de restaurer petit à petit votre réserve de testostérones.

Comment la booster ?
Source : Shutterstock.com

Augmenter sa testostérone : est-ce risqué ?

Tout est une question de dosage ! Vouloir booster sa testostérone de manière excessive peut effectivement être risqué.

Si votre démarche est de combler un déficit, votre médecin vous indiquera la posologie adéquate. Si vous respectez les doses prescrites, booster votre testostérone n’entraînera pas d’effets indésirables.

Par contre, si votre démarche est d’augmenter votre masse musculaire, notamment pour la pratique sportive, plusieurs précautions sont à prendre. Il est important d’avoir conscience de ses besoins pour éviter des surdoses.

Que se passe-t-il en cas d’excès de testostérone ?

Nous insistons fortement sur les dangers des excès de testostérone, les boosters de masse musculaire étant pour la plupart en vente libre, il est tentant d’en abuser pour retrouver sa force et sa vigueur, pourtant les contre-indications et les effets indésirables sont nombreux et les surdosages augmentent les risques cardiovasculaires.

Les effets secondaires des boosters de testostérones :

  • De l’acné sévère, principalement dans le dos.
  • Une faiblesse au niveau des tendons et des ligaments. Si la masse musculaire augmente, ce n’est pas le cas des ligaments et des tendons et vous risquez alors des blessures récurrentes.
  • Des reins fragilisés : filtres de l’hormone, un excès de testostérones risque de les endommager sur le long terme.
  • Une déficience en fer, assez rare, mais possible.

Booster sa testostérone, nous l’avons vu, peut vous redonner force et vigueur, néanmoins, il est préférable de demande l’avis à votre médecin traitant.