Peau : Structures, rôles et définitions de la peau

Santé Définition Peau : Structures, rôles et définitions de la peau

La peau est l’organe le plus lourd et le plus grand du corps humain. Véritable bouclier contre de nombreuses agressions, elle remplit de nombreuses fonctions au sein de notre organisme. Une peau saine et en bonne santé reflète également notre état d’âme.

De quoi se compose-t-elle et comment nous protège-t-elle ?

 Qu’est-ce que la peau ?

La peau est un organe à part entière, il est également le plus lourd de l’organisme et peut peser jusqu’à 4 kg. Cette protection naturelle face aux agressions extérieures possède des caractéristiques étonnantes.

Elle est constituée de trois couches : l’épiderme, le derme et l’hypoderme.

  • L’épiderme : essentiellement composé de cellules mortes, l’épiderme est la couche supérieure de la peau. Son cycle de vie dure en moyenne 28 jours et permet le renouvellement constant des cellules kératinocytes, principales constituantes de l’épiderme. Ce renouvellement cellulaire favorise l’élimination des micro-organismes présents en nombre sur sa surface.
  • Le derme : situé entre l’épiderme et l’hypoderme, le derme est quatre fois plus épais que l’épiderme et protège ainsi les tissus qu’il répare lorsqu’ils sont endommagés grâce au collagène. Le collagène est une protéine qui confère leur résistance aux tissus. Les fibroblastes (cellules protéiniques) lui confèrent son élasticité. Le sens du toucher trouve sa source dans le derme, puisque c’est lui qui contient l’ensemble de nos terminaisons nerveuses. Le derme joue également un rôle primordial dans la thermorégulation et l’élimination des substances toxiques puisqu’il contient les glandes sudoripares.
  • L’hypoderme : c’est la partie la plus profonde de la peau et son épaisseur varie en fonction de la surface à protéger. En effet, il est plus épais aux talons et peut être quasiment inexistant dans les zones moins soumises aux impacts. C’est un tissu riche en graisse et en vaisseaux sanguins.

La peau contient également des annexes cutanées qui sont les poils et ongles, les glandes sudoripares, eccrines, apocrines et sébacées.

  • Les glandes sébacées : annexées aux poils, elles produisent le sébum qui limite le dessèchement de la peau, lubrifie le poil et joue un rôle bactéricide.
  • Les glandes apocrines produisent et excrètent la sueur.
  • Les glandes eccrines sont surtout présentes au niveau des paumes, des mains, des pieds et au front et sont absentes des parties génitales. Elles permettent le dégagement de la chaleur par la peau.
  • Les glandes sudoripares sécrètent également la sueur, mais aussi des hormones et des phéromones.
  • Les poils sont l’un des plus petits organes, ils servent à maintenir l’hydratation corporelle et ont un rôle essentiel dans le toucher, ils font office de barrière aux poussières (cils, poils des narines, etc.). Ils captent également les odeurs, notamment les odeurs sexuelles (phéromones).
  • Les ongles : cette plaque dure de kératine protège le bout des doigts et des orteils. Ils sont importants dans la préhension, offrant une contre-pression à la pulpe et on un rôle de défense (griffer, gratter, couper, etc.).                                                                                                                                                  

Quelle est sa fonction ?

Véritable bouclier entre nos organes et le monde extérieur, la peau remplit des fonctions vitales telles que la protection contre les infections, les rayons ultra-violets…

Elle a un rôle protecteur

Sa principale fonction est de protéger l’organisme des agressions extérieures. Cette enveloppe amortie les chocs, nous protège des agents chimiques et son action cicatrisante évite l’entrée des micro-organismes dans l’organisme.

Le sébum, qui est une pellicule grasse, recouvre sa surface et crée une barrière imperméable et la protège de la dessiccation et de certains microbes.

Elle est également une barrière protectrice contre les rayons ultra-violets grâce à la mélanine, un pigment foncé plus ou moins présent selon le taux d’ensoleillement, ce qui lui donne sa couleur.

Elle synthétise la vitamine D, indispensable pour la minéralisation des os.

Elle a un rôle régulateur

La peau joue un rôle important dans la régulation de la température corporelle. Grâce à la sueur qui permet d’évacuer la chaleur et aux poils qui permettent de conserver cette chaleur. Grâce également au resserrement des vaisseaux sanguins (lorsqu’il fait froid) et à leur dilatation (quand il fait chaud).

Elle a une fonction sécrétoire

Par l’intermédiaire de ses glandes, la peau rejette tous les éléments qui pourraient nuire à notre organisme comme les toxines, les résidus liés à la prise de médicaments, excès de sébum, etc.

Elle a une fonction sensorielle

La peau est constituée de nombreux récepteurs nerveux qui confèrent à la peau sa fonction sensorielle. C’est grâce à nos nerfs que nous ressentons le froid, la douleur, la chaleur, la pression. C’est l’organe du toucher.

Elle a un rôle de stockage

Elle stocke des graisses, des glucides, des liquides et des sels.

Elle a une fonction psychologique

Elle révèle nos émotions (rougissement des timides, blêmissement, etc.) et participe à la communication sociale, c’est un organe miroir et malheureusement sa couleur influence de nombreuses croyances et engendre des discriminations.

Se laver la peau est un acte primordial

Si le sébum et la sueur sécrétés ont un rôle protecteur, leur accumulation peut être nocive. En effet, la sueur interagit avec les bactéries et engendre des odeurs. Le sébum, lorsqu’il s’accumule sur la peau provoque des irritations et favorise la prolifération bactérienne.

Se laver permet d’éliminer les cellules mortes, la sueur et le sébum.

Quelques maladies de la peau

L’acné : il est dû à un dérèglement hormonal (androgènes) qui entraine une production en excès de sébum. Celui-ci forme alors une couche graisseuse plus épaisse qui bouche les pores. Apparaissent alors les points noirs, les comédons ou les microkystes blancs.

  • L’eczéma : cette inflammation de la peau, non-contagieuse est due la plupart du temps, à un terrain allergique. Elle est plus fréquente chez l’enfant (15 % à 30 %) que chez l’adulte (2 % à 10 %). Cet écart pourrait être expliqué par une exposition précoce aux allergènes alimentaires présents dans les laits infantiles notamment.
  • Les mycoses : elles représentent 10 % des maladies de la peau. Elles sont la plupart du temps bénignes et sont dues à un champignon. Elles sont traitées à base d’antimycosiques ou d’antifongiques.
  • L’herpès : cette maladie virale est due aux virus HSV — 1 (herpès labial et génital) et HSV — 2 (herpès génital). Elle ne se guérit pas, mais le virus s’endort et ressort par poussée, notamment lors d’une période de stress, de fatigue ou une exposition au soleil.
  • Le psoriasis : cette maladie inflammatoire est bénigne et non contagieuse. Des sortes d’écailles blanches se forment dues à un renouvellement excessif des cellules.
  • Le vitiligo : cette maladie de peau bénigne se caractérise par une dépigmentation de la peau sur des zones plus ou moins étendues.
  • L’albinisme : c’est une maladie génétique due à production réduite de mélanine.
  • Le cancer de la peau : il en existe deux, dont le carcinome qui est le plus fréquent et aussi celui qui se soigne le mieux lorsqu’il est pris à temps. Sa principale cause est une exposition aux rayons nocifs du soleil, ainsi qu’aux rayons de cabines autobronzantes. Il se caractérise par l’apparition de plaques blanches ou rouges. Le mélanome quant à lui se développe à partir d’un grain de beauté (petit amas de mélanine à la surface de la peau) qui a dégénéré. Il présente des risques de métastases et ses chances de guérison dépendent de la vitesse de dépistage.

Les maladies de la peau sont nombreuses. Il est important de regarder sa peau régulièrement et au moindre changement d’aller consulter un spécialiste en dermatologie.