La rééducation du périnée : pourquoi la faire ?

Santé La rééducation du périnée : pourquoi la faire ?

La rééducation du périnée est souvent prescrite aux femmes qui viennent de connaître un accouchement, particulièrement s’il était par voie basse. La rééducation périnéale permet en effet de redonner à un périnée abîmé tout son tonus : mais pourquoi c’est nécessaire ? Qu’est-ce que le périnée, et pourquoi a-t-il besoin d’être musclé après – et même pendant – une grossesse ? Voyez avec nous pourquoi faire une rééducation du périnée ! 

Qu’est-ce que le périnée ?

Pour comprendre pourquoi il faut rééduquer le périnée, il faut d’abord répondre à la question : qu’est-ce que le périnée ?

Le périnée n’est pas un muscle unique, contrairement à une croyance encore très courante. Le périnée, qu’on appelle aussi le plancher pelvien, est un ensemble de muscles et de ligaments. Le périnée se situe au niveau du bassin : plus précisément, ces muscles qui forment un « hamac » sont tendus entre deux os, votre sacrum (à l’arrière du bassin) et votre pubis (à l’avant du bassin). On parle de hamac, ou de plancher pelvien, parce que ces muscles et ligaments viennent “fermer” le bassin, et vont retenir les organes du petit bassin : sans le périnée, schématiquement, vos organes sortiraient par les orifices présents dans cette zone parce qu’il n’y aurait rien pour les retenir. C’est d’ailleurs pour cela que quand le périnée est affaibli, et qu’il ne retient plus bien les organes pelviens, on a un prolapsus : certains organes (la vessie, le rectum ou l’utérus) chutent et peuvent sortir en partie du corps, soit par le vagin, soit par le rectum.

C’est en partie pour éviter le prolapsus – qui bien que non-douloureux est particulièrement désagréable – qu’il faut faire des exercices de rééducation du périnée.

Quand et pourquoi rééduquer le périnée ?

Expliquons un peu plus en détail pourquoi – et dans quels cas – il est nécessaire de rééduquer le périnée. Dans le cas des femmes, qui ont connu une grossesse et un accouchement par voie basse comme par césarienne, c’est assez logique : lors de la grossesse, parmi les nombreuses transformations que connaît le corps d’une femme, le fœtus qui se développe dans le ventre vient « appuyer » sur le périnée, qui finit par se distendre. L’accouchement par voie basse va accentuer ce phénomène : la naissance d’un bébé abîme bien souvent le périnée. Or, on l’a dit, le périnée retient les organes du petit bassin, mais assure aussi leur bon fonctionnement. Par exemple, quand vous vous retenez d’aller aux toilettes, c’est votre plancher pelvien qui travaille, par une contraction.

Quand et pourquoi rééduquer le périnée ?
Source : shutterstock.com

Ainsi, lorsque le périnée est affaibli, on peut avoir du prolapsus (le plancher pelvien ne retient plus bien les organes, qui « chutent » par les orifices du petit bassin), ou des fuites urinaires, de l’incontinence (on n’arrive plus à retenir son urine parce que la contraction ne se fait plus bien). C’est pour cela qu’il faut remuscler le périnée : pour qu’il puisse remplir ses fonctions normales ! Ainsi, une sage-femme ou un médecin prescrira des séances de rééducation du périnée avec un kiné après l’accouchement.

Notez que les femmes qui ont connu un accouchement ne sont pas les seules concernées par la rééducation périnéale : les femmes (comme les hommes !) qui pratiquent certains sports de façon intensive (certains types d’abdominaux, le running ou le trampoline, par exemple), ou qui soulèvent régulièrement des charges lourdes, abîment aussi leur périnée. De même, les personnes qui souffrent d’incontinence urinaire peuvent être amenées à rééduquer leur périnée. Sachez que dans tous les cas, le périnée est assez rarement opéré : le plus souvent, comme le plancher pelvien est un ensemble de muscles, il « suffit » de le muscler de nouveau pour qu’il remplisse ses fonctions. Seul un médecin peut décider si vous avez besoin d’une opération : c’est pour cela qu’il est important d’aller le consulter.

Vient ensuite la question du “quand” : à quel moment commencer la rééducation de son périnée ? Sachez que faire des exercices de musculation de votre plancher pelvien pendant la grossesse (doucement, évidemment !) est un bon réflexe à adopter : discutez-en avec votre sage-femme. Après la grossesse, les séances ne commencent en général pas avant 6 à 8 semaines post-accouchement (il faut laisser le temps à votre corps de récupérer avant d’entamer la rééducation périnéale !). Enfin, si vous souffrez de prolapsus ou d’incontinence urinaire et que cela vous a amené à voir un médecin, il vous fera commencer la rééducation du périnée dès que possible, selon l’état de votre périnée et le type de rééducation dont vous avez besoin.

Comment se passe la rééducation du périnée ?

La rééducation périnéale peut prendre plusieurs formes. Le plus souvent, vous vous rendrez chez un kinésithérapeute, ou, pour les femmes qui ont accouché, vous continuerez avec la sage-femme qui a suivi votre grossesse.

Lors des séances avec un thérapeute, qui sont remboursées par l’assurance maladie si elles ont été prescrites par un professionnel de la santé, différentes techniques peuvent être utilisées. Il y en a deux principales : la méthode manuelle et la méthode avec une sonde.

  • S’il utilise plutôt la méthode manuelle, le praticien va utiliser ses doigts pour déterminer le niveau de tonicité de votre périnée, le touchera, le massera et le stimulera pour le remuscler. Il vous demandera aussi de faire des exercices spécifiques.
  • Dans la rééducation du périnée avec une sonde, c’est par l’intermédiaire d’une sonde placée dans votre vagin (et plus rarement, dans l’anus) que le travail va se faire. Soit la sonde est à électrostimulation, et des décharges viendront contracter votre périnée et le muscler, soit la sonde repose sur le biofeedback et c’est vous qui devrez contracter selon un certain rythme, imposé par un écran connecté à la sonde, tout en constatant via l’écran la force de votre contraction.

Comment se passe la rééducation du périnée ?
Source : shutterstock.com

Il existe aussi la possibilité d’une rééducation du périnée à la maison. Attention cependant : on vous conseille d’en parler avec un professionnel de santé au préalable et de ne pas décider unilatéralement de ne pas recourir à un kinésithérapeute ou à une sage-femme. Les exercices de rééducation faits en autonomie ne sont cependant « que du bonus » pour tonifier votre périnée et retrouver toutes vos sensations dans le petit bassin. Il existe ainsi des exercices de gymnastique périnéale, avec les exercices de Kegel par exemple, qui peuvent se faire sans matériel. À la maison, on peut aussi choisir les boules de geisha pour la rééducation du périnée, afin de maximiser les effets de ses propres contractions, ou de travailler debout, tout en faisant autre chose. Les boules de geisha sont d’ailleurs de plus en plus sophistiquées, à un prix plus accessible qu’une sonde (même si dans certain cas, une sonde peut être prise en charge par l’assurance maladie).

Finalement, et on le sait bien, post-accouchement on est bien occupé avec son bébé et on n’a pas forcément envie de se mettre à la rééducation périnéale. Mais votre plancher pelvien, très important dans le bon fonctionnement de votre organisme, ne doit pas être laissé pour compte : discutez-en avec votre sage-femme, ou votre médecin, et optez pour la formule qui vous convient le mieux !